JEUDI 25 MAI 2017   |   www.arlette-grosskost.com

Alain Juppé, candidat du centrisme alsacien?

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+

DNA- vendredi 9 septembre

Les partisans d’Alain Juppé s’activent avant son grand meeting strasbourgeois du 13 septembre, à commencer par les centristes des Républicains et de l’UDI. Objectif : élargir au maximum la base électorale de la primaire en mobilisant le centrisme alsacien.

De la politique territorialisée. Alain Juppé invite lui-même dans une vidéo à son grand meeting régional du 13 septembre à Strasbourg (*) tandis que ses équipes départementales mobilisent sur le terrain : conférence de presse dans le Haut-Rhin, tribune signée dans le Bas-Rhin.


L’enjeu pour les partisans de l’ancien Premier ministre est d’ouvrir au maximum la primaire de la droite, bien au-delà du cercle des adhérents des Républicains acquis à Nicolas Sarkozy.


Cette volonté se traduit par le ralliement de plusieurs élus centristes des Républicains mais aussi de l’UDI, en particulier dans le Bas-Rhin. On trouve parmi ces derniers les conseillers régionaux Frédéric Pfliegersdoerffer (maire de Marckolsheim) et Laurent Burckel (1er adjoint au maire de Saverne) ainsi que les maires Jean-Marie Kutner (Schiltigheim) et Pierre Perrin (Souffelweyersheim). Liste à laquelle il faut rajouter Sylvain Waserman, conseiller régional MoDem et maire de Quatzenheim.


Alain Juppé séduit les maires mais également dans les exécutifs départementaux. Dont les vice-présidents du conseil départemental du Bas-Rhin : Bernard Fischer et Philippe Meyer ; leurs collègues Nathalie Ernst, Françoise Pfersdorff, Chantal Jeanpert et Yves Sublon ; ainsi que les vice-présidents du Département du Haut-Rhin : Brigitte Klinkert, Alain Grappe, Pierre Bihl et Michel Habig.


Le texte de soutien à Alain Juppé qu’a cosigné une vingtaine d’élus bas-rhinois dresse le portrait d’un candidat qui, « bien qu’il soit du Sud-Ouest, pourrait bien être Alsacien ». « Alain Juppé partage les valeurs de ceux qui ont les deux pieds bien ancrés dans la réalité […] Il partage nos valeurs héritées d’un humanisme rhénan auquel nous sommes viscéralement attachés », peut-on encore lire.


Ces élus alsaciens, parmi lesquels figurent également les parlementaires Fabienne Keller, Arlette Grosskost et André Reichardt, et l’ancien député du Bas-Rhin Alain Ferry, saluent un candidat qui « fait de l’économie et de l’emploi ses priorités » et qui « veut libérer les énergies entrepreneuriales ».


« Son engagement à n’exercer qu’un seul quinquennat le libère de la course à la popularité et à la réélection », disent-ils. « Il faut un président qui apaise plutôt qu’un président qui exacerbe les tensions », précisent-ils en direction de Nicolas Sarkozy en rappelant que « la fonction présidentielle impose une hauteur de vue ». « À l’heure du zapping et de la surenchère verbale, il propose aux Français de la mesure, de l’équilibre et de la droiture. » Encore un message adressé aux Alsaciens et des Alsaciennes.


> Voir les archives des articles
> INSCRIPTION A LA NEWSLETTER



Actu parlementaire
Communications
Projets de loi
Ordonnances
Décrets
> Agenda
> Medias> Twitter > Liens utiles

Assemblée Nationale   Les Républicains